mardi 20 septembre 2016

Vendanges 2016, le véritable Brindis de Nîmes se jouait aux Arènes !

Vendanges 2016, le véritable Brindis de Nîmes se jouait aux Arènes !

Cela faisait quelques années désormais que je n’écrivais plus de petites chroniques via le blog des Jeunes Aficionados Nîmois. Il est loin le temps de mes études où je profitais de mes cours pour me laisser aller à mettre par écrit mes réflexions et mes questionnements sur la tauromachie, cette passion qui coule dans mes veines depuis toujours. La vie active a pris le dessus, et avec cela un rythme qui ne me laisse plus beaucoup de temps pour prendre ma plume. Mais ce matin, je me suis levé avec l’envie d’écrire contagieuse. Mais écrire quoi ? Que pasa hombre me direz-vous ! Et bien, se pasa que, c’était la Féria des Vendanges à Nîmes ces trois derniers jours. Et quelle Féria, je me suis levé heureux et avec l’envie de le faire partager !

Vous vous rappelez sûrement du naufrage taurin de la dernière Pentecôte, et bien moi aussi, et il m’avait marqué profondément. Marqué parce que quand la tauromachie se casse la gueule, c’est notre aficion qui en prend en coup. Alors on a râlé, on a critiqué, et on même proposé de tous nous voir pour que l’aficion s’unisse et que nous réfléchissions à ce que Pentecôte 2016 ne se reproduise plus. L’été a passé, la table ronde n’est jamais arrivée, mais il semble que le positionnement des pisse-vinaigre de la tauromachie, ait quand même été pris en compte malgré les postures médiatiques. Un solo de Sébastien Castella devant les exigeants et redoutés Adolfo Martin, 3 encastes différentes, un élevage Français (première depuis 2012 !), et de l’expérience mêlée à de la jeunesse dans les toreros choisis, tout était fait pour redorer le blason des Arènes Nîmoises.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’au bout de ces trois jours de Féria, on a le sourire ! Simon Casas était pour ces Vendanges la personne désignée pour le désormais traditionnel « Brindis à la ville de Nîmes » à Carré d’Art les Avocats du Diable Vauvert. Mais à vrai dire, le véritable « Brindis » à la ville et à son aficion pisse-vinaigre de l’empresa a eu lieu aux Arènes. Un résultat taurin qui a fait honneur aux Arènes de Nîmes par la diversité des choix proposés en terme d’encastes, comme en terme de succès des toreros au premier rang duquel l’immense Juan Bautista. Et bien sûr à ne pas oublier le « No Hay Billettes » une fois de plus pour le Tendido Jeunes où la jeunesse locale se presse à chaque Corrida !

La novillada d’ouverture a parfaitement lancé la Féria, les toros de la famille Vangelisti ont confirmé que le travail de nos éleveurs Français méritait d’être beaucoup plus souvent mis en avant dans nos arènes (pourquoi ne pas réserver la novillada des férias à une ganadéria Française ?). Puis les jeunes novilleros Manolo Vanegas, Andy Younes & Tibo Garcia ont également été au rendez-vous chacun dans son style.

Samedi matin, malgré des toros du Puerto de San Lorenzo décevants et accidentés, Juan Bautista a offert sa première belle prestation du week-end et même si la Porte des Consuls a été bradée par la Présidence, le maestro Arlésien a confirmé qu’il n’était pas présent deux fois durant cette Féria pour rien.

Samedi après-midi dans des arènes quasi pleines et devant les caméras de télévision, Castella s’est mué en guerrier pour le défi de sa carrière, s’enfermer face à six Adolfo. Si le résultat final est mitigé du fait des gros échecs à l’épée du bittérois, la profondeur de ses séries gauchères à son second toro, et l’implication qu’il a eu à chacun de ses exigeants Adolfo Martin excellemment bien présentés, impose le respect de l’aficion et la reconnaissance du geste du maestro Français.

Dimanche matin, ce fut la consécration d’un Juan Bautista au sommet de son art. Dans une corrida intéressante et complète de Victoriano del Rio (prix du lot de la Féria des JAN mais on y reviendra) dont l’apogée est le 5ème de cette course « Soleares », nous sommes passé de la frayeur et la peur lors du terrible accrochage de Thomas Joubert à son 1er toro qui le laissera inanimé sur le sable de la piste, à la douceur et le temple de … Thomas Joubert revenu tel un phénix combattre le dernier toro de la corrida pour nous raconter sa tauromachie, faite de douceur et de cette mélancolie qui fait de lui un belluaire. Au milieu de cette belle matinée, un homme : Juan Bautista. Une rencontre avec un grand toro « Soleares » à la charge vibrante, et la profondeur du maestro d’Arles qui réalise la plus belle saison de sa carrière et qui sous le Concerto d’Aranjuez, nous livrera une partition au combien remplie d’émotion, des larmes de plaisir ont même coulé sur les joues de certains aficionados. Du bonheur brut comme seule la tauromachie peut nous offrir.

Alors que nous étions d’ores et déjà rassasiés de cette Féria, dimanche après-midi est venu comme la cerise sur le gâteau (pour ceux qui étaient aux arènes car on ne peut que déplorer une si faible entrée) avec un lot exquis de Nunez del Cuvillo. Pas de noblesse bête et niaise chez ces toros, mais une remarquable noblesse pour les trois premiers, associés à une bravoure plus exigeante pour les toreros du jour pour les trois derniers. Face à eux, Alberto Lopez Simon s’il coupe 1 oreille dans la tarde et n’a pas vraiment déçu, il n’a pas (à mon sens) assez mis de profondeur dans son toreo face à d’excellents adversaires qui ont bu ses muletazos à ne plus s’arrêter de charger, il montre ses difficultés de collocation du moment. Alejandro Talavante a proposé lui face à son excellent premier toro de la douceur et de la profondeur et montré sa bonne forme actuelle, il a été plus discret à son second. Enfin, le jeune Mexicain Luis David Adame a fait étalage de cette tauromachie Sud-Américaine qui porte tant de joie et d’alegria, avec une diversité au capote excellente, et une envie débordante. Une alternative réussie pour lui.

En conclusion, et même si certaines choses restent perfectibles (deux présidences pas au niveau, et encore des efforts à faire sur le trapio général des lots), voilà donc comment, en mettant quelques mots sur trois jours d’aficion, j’espère avoir pu vous faire partager ce positivisme taurin avec lequel l’aficion locale sort de cette Féria. C’est ça tout le mystère de la tauromachie, capable de nous faire passer l’immense déception de Pentecôte à la belle satisfaction des Vendanges, et c’est tant mieux ainsi !

CC.


lundi 22 septembre 2014

Bilan du crû 2014 des Vendanges nîmoises

BILAN VENDANGES 2014 à Nîmes

La corrida est chose sérieuse.
Au delà de la rencontre magnifiée entre l'homme et le Toro,
au delà de la beauté du cadre taurin,
au delà des plus beaux paso doble joués,
elle reste un combat entre un homme face au mythique et mystique Toro. De ce combat naît la domination, de cette domination naissent les plus belles faenas.

Quand cette dimension disparaît, c'est les valeurs de la tauromachie que l'on perd.
La dimension de combat durant cette Féria était donc absente. La faute aux Toros essentiellement.

La cuvée des vendanges 2014 était une cuvée unique, un seul cépage en fait, celui de Domecq. Cette cuvée était fade, sans gueule, sans caractère.
Alors dans ces cas là, vous pouvez avoir les meilleurs décanteurs du moment, et décanter tant que vous pouvez, si c’est mauvais, c’est mauvais.


Une plus grande diversité des cépages, adaptée à tous les types d’aficionados aurait peut être permis un meilleur résultat final. Les Fuente Ymbro ont déçu, ils n’ont tenu que le temps de la pique pour s’éteindre totalement dans la foulée.
Les toros d’El Torero bien que charpentés et très bien présentés n’avait pas de fond mis à part l’important 4ème et dernier toro d’Escribano. Les toros de Jandilla, Daniel Ruiz ou Zalduendo ont tous montré une inquiétante faiblesse, et manquant de race.
On retiendra tout de même le bon 5ème de Jandilla lors du solo de Perera, le grand exemplaire de Zalduendo sorti en 3ème position le dimanche matin complet dans tous les tercios et montrant une bravoure exemplaire en étant blessé à la patte. Ou encore le 1er Toro de Victoriano del Rio d’El Juli le samedi matin, bien que discret à la pique faisant preuve d’une belle alégria tout au long de sa course.

Côté Toreros, bien difficile donc de briller sans l’élément numéro un de la Corrida… Alors il a fallu s’en remettre à la croisée miraculeuse d’un bon Toro qu’Escribano, El Juli, Perera, ou Manzanares ont su ne pas laissé passer. Ou sur des gestes de toreo purs et sincères comme pour les passes de capote temple et magiques de Morante sur son dernier toro, et les détails de classe et le relâchement de Finito de Cordoba à son second toro.

Alors certes au bout il y a la Porte des Consuls d’El Juli et Perera, et les 2 oreilles de Manzanares et autant de moments intéressants qu’il ne faut pas oublier. Mais sur 37 Toros qui ont foulé la piste nîmoise, ne trouver à ressortir que seulement 4 d’entre eux permet de relativiser quelque peu la portée de tout cela.

Ce n’est pas une critique acerbe de la Féria des Vendanges 2014, c’est juste le constat que certaines ganadérias aujourd’hui engagées ne sont plus capables de fournir du bétail brave et de qualité et que cela s’en fait ressentir sur les gradins. Quand on privilégie la quantité de toros vendus, à la qualité de ses toros, le retour de bâton peut être dur.
A méditer, et vivement la féria 2015, avec de la découverte taurine et pour tous les goûts!

(Ici DAX avec Miralto un grand toro bravo de Pedraza de Yeltes, origine El Pilar donc Domecq...)

lundi 21 juillet 2014

Féria des Vendanges 2014, les Cartels!

Programme complet de la Féria des Vendanges nîmoise 2014 :

Mercredi 17 septembre

18 heures : Course camarguaise, comptant pour le trophée des As. Entrée générale 12€.
Molière de Cuille
Dilun de Vinuesa
Sylverado de St Gabriel
Mignon de Cuille
Garlaban de Ricard
Chamboa de Bon
Vacares de Ricard

raseteurs : Katif, Belgourari, Bruschet, Allouani, Four, Auzolle...

Jeudi 18 septembre

17 h 30 : Novillada avec les novillos de Fuente Ymbro pour Borja Jiménez, Josè Garrido et Alvaro Lorenzo

Vendredi 19 septembre

17 h 30 : Corrida avec les toros d’El Torero pour Manuel Escribano, Jiménez Fortes et Juan Leal

Samedi 20 septembre


11 h 30 : Corrida mixte avec trois toros d’Angel Sanchez y Sanchez pour Pablo Hermoso de Mendoza (à cheval). Trois toros de Victoriano Del Rio pour El Juli.

17 h 30 : Corrida avec les six toros de Jandilla pour Miguel Angel Perera

Dimanche 21 septembre

11 h 30 : Corrida avec les toros de Zalduendo pour Finito de Cordoba, Morante de la Puebla et Josè Maria Manzanares.

17 h 30 : Corrida avec les toros de Daniel Ruiz pour Juan Bautista, Alejandro Talavante (unique corrida de la saison en France) et Daniel Luque.

mardi 13 mai 2014

Les Cartels de la Féria de Potecôte 2014!


Mercredi 4 juin
Course Camarguaise à 18h
(comptant pour le Championnat de France des As)
Taureaux : Quasimodo et Méthode de Blatière, Escamillo de Raynaud, Mignon et Horatio de Cuillé, Monro de Bon, Mesrine de Vinuesa.
Razeteurs : Aliaga, Rassir, Poujol, Favier, Martin, Allouani, Katif, Faure, Bruschet, Belgourari.


Jeudi 5 juin
Corrida à 18h : Thomas Dufau, Joselito Adame, David Mora
Toros de Alcurrucen


Vendredi 6 juin
Novillada de la CAPE D'OR à 11h30 : Alvaro Lorenzo, Clemente, Juan Varea
Novillos à désigner

Corrida à 18h : El Cid, Miguel Angel Perera, Daniel Luque
Toros de Victoriano Del Rio


Samedi 7 juin

Corrida mixte à 11h30 : Lea Vicens, Juan Bautista
Toros de Zalduendo

Corrida à 18h : El Juli (photo ci-contre), Sebastien Castella,
Roman (qui prendra son alternative)
Toros de Garcigrande

Dimanche 8 juin

Corrida à 11h30 : Enrique Ponce, Finito de Cordoba,
Jose Maria Manzanares
Toros de Juan Pedro Domecq

Corrida à 18h : Juan Jose Padilla, Ivan Fandino, Juan Del Alamo (qui confirmera son alternative)
Toros de Fuente Ymbro


Lundi 9 juin

Corrida Equestre à 11h30 : Andy Cartagena, Diego Ventura,
Leonardo Hernandez
Toros de Capea

Corrida à 17h30 : El Juli, Rafaelillo, Manuel Escribano (qui confirmera son alternative)
Toros de Miura

dimanche 8 septembre 2013

Notre programme - Féria Des Vendanges 2013

COMMUNIQUE - Féria Des Vendanges 2013




Les Jeunes Aficionados Nîmois hyperactivité assurée pour la Féria! A un peu moins d’une semaine de la Féria des Vendanges, les Jeunes Aficionados Nîmois ont dévoilé leur programme officiel! En 4 jours de Féria, ce n’est pas moins de 5 manifestations qui seront organisées par le jeune et dynamique club taurin nîmois autour de sa Bodega Andalouse incontournable en Féria par son cachet et son ambiance, La Macarena (12 RUE DELON SOUBEYRAN). Les Jeunes Aficionados Nîmois forts d’une cinquantaine de membres cette année veulent démontrer « que l’Aficion à Nîmes ne peut se transmettre sans une génération de jeunes qui s’engagent corps et âmes pour défendre et diffuser les valeurs tauromachiques dans la ville. Notre programme va dans ce sens, de la diversité, de la convivialité et de la pédagogie» d’après leur président, Corentin Carpentier.

Au programme donc :

Jeudi 12 Septembre: En ouverture de la Féria et en soirée, c’est Léa Vicens en personne qui devrait venir saluer les deux clubs taurins jeunes de Nîmes réunis pour l’occasion, les Chicuelitos et les Jeunes Aficionados Nîmois.

Vendredi 13 Septembre: La Corrida du soir sera diffusée en direct à la Bodega la Macarena avec commentaires et tertulia durant la course. Il en sera suivi une soirée vernissage de la Galerie Taurine « Toril d’Artistes » et de son propriétaire Julien Servy.

Samedi 14 Septembre: Les Jeunes Aficionados Nîmois diffuseront 5 000 flyers explicatifs de la Corrida à destination des plus jeunes et du public non connaisseur. Cela se passera à l’entrée des Arènes de Nîmes et à l’occasion du Mano a Mano El Juli – Manzanares, une initiative jusqu’ici jamais réalisée aux portes de l’amphithéâtre romain ! Le soir, c’est la grande soirée PAMPLONA à la Macarena, plus de 200 bandanas offert par les clubs taurins Ricard seront distribués aux festaïres au rythme des encierros de Pampelune diffusées sur écran géant toute la nuit !

Dimanche 15 Septembre: Les Jeunes Aficionados Nîmois clôtureront comme à leur habitude la Féria par leur remise des prix de cette Féria autour des clubs de la Coordination des Clubs Taurins de Nîmes et du Gard !