lundi 22 septembre 2014

Bilan du crû 2014 des Vendanges nîmoises

BILAN VENDANGES 2014 à Nîmes

La corrida est chose sérieuse.
Au delà de la rencontre magnifiée entre l'homme et le Toro,
au delà de la beauté du cadre taurin,
au delà des plus beaux paso doble joués,
elle reste un combat entre un homme face au mythique et mystique Toro. De ce combat naît la domination, de cette domination naissent les plus belles faenas.

Quand cette dimension disparaît, c'est les valeurs de la tauromachie que l'on perd.
La dimension de combat durant cette Féria était donc absente. La faute aux Toros essentiellement.

La cuvée des vendanges 2014 était une cuvée unique, un seul cépage en fait, celui de Domecq. Cette cuvée était fade, sans gueule, sans caractère.
Alors dans ces cas là, vous pouvez avoir les meilleurs décanteurs du moment, et décanter tant que vous pouvez, si c’est mauvais, c’est mauvais.


Une plus grande diversité des cépages, adaptée à tous les types d’aficionados aurait peut être permis un meilleur résultat final. Les Fuente Ymbro ont déçu, ils n’ont tenu que le temps de la pique pour s’éteindre totalement dans la foulée.
Les toros d’El Torero bien que charpentés et très bien présentés n’avait pas de fond mis à part l’important 4ème et dernier toro d’Escribano. Les toros de Jandilla, Daniel Ruiz ou Zalduendo ont tous montré une inquiétante faiblesse, et manquant de race.
On retiendra tout de même le bon 5ème de Jandilla lors du solo de Perera, le grand exemplaire de Zalduendo sorti en 3ème position le dimanche matin complet dans tous les tercios et montrant une bravoure exemplaire en étant blessé à la patte. Ou encore le 1er Toro de Victoriano del Rio d’El Juli le samedi matin, bien que discret à la pique faisant preuve d’une belle alégria tout au long de sa course.

Côté Toreros, bien difficile donc de briller sans l’élément numéro un de la Corrida… Alors il a fallu s’en remettre à la croisée miraculeuse d’un bon Toro qu’Escribano, El Juli, Perera, ou Manzanares ont su ne pas laissé passer. Ou sur des gestes de toreo purs et sincères comme pour les passes de capote temple et magiques de Morante sur son dernier toro, et les détails de classe et le relâchement de Finito de Cordoba à son second toro.

Alors certes au bout il y a la Porte des Consuls d’El Juli et Perera, et les 2 oreilles de Manzanares et autant de moments intéressants qu’il ne faut pas oublier. Mais sur 37 Toros qui ont foulé la piste nîmoise, ne trouver à ressortir que seulement 4 d’entre eux permet de relativiser quelque peu la portée de tout cela.

Ce n’est pas une critique acerbe de la Féria des Vendanges 2014, c’est juste le constat que certaines ganadérias aujourd’hui engagées ne sont plus capables de fournir du bétail brave et de qualité et que cela s’en fait ressentir sur les gradins. Quand on privilégie la quantité de toros vendus, à la qualité de ses toros, le retour de bâton peut être dur.
A méditer, et vivement la féria 2015, avec de la découverte taurine et pour tous les goûts!

(Ici DAX avec Miralto un grand toro bravo de Pedraza de Yeltes, origine El Pilar donc Domecq...)

lundi 21 juillet 2014

Féria des Vendanges 2014, les Cartels!

Programme complet de la Féria des Vendanges nîmoise 2014 :

Mercredi 17 septembre

18 heures : Course camarguaise, comptant pour le trophée des As. Entrée générale 12€.
Molière de Cuille
Dilun de Vinuesa
Sylverado de St Gabriel
Mignon de Cuille
Garlaban de Ricard
Chamboa de Bon
Vacares de Ricard

raseteurs : Katif, Belgourari, Bruschet, Allouani, Four, Auzolle...

Jeudi 18 septembre

17 h 30 : Novillada avec les novillos de Fuente Ymbro pour Borja Jiménez, Josè Garrido et Alvaro Lorenzo

Vendredi 19 septembre

17 h 30 : Corrida avec les toros d’El Torero pour Manuel Escribano, Jiménez Fortes et Juan Leal

Samedi 20 septembre


11 h 30 : Corrida mixte avec trois toros d’Angel Sanchez y Sanchez pour Pablo Hermoso de Mendoza (à cheval). Trois toros de Victoriano Del Rio pour El Juli.

17 h 30 : Corrida avec les six toros de Jandilla pour Miguel Angel Perera

Dimanche 21 septembre

11 h 30 : Corrida avec les toros de Zalduendo pour Finito de Cordoba, Morante de la Puebla et Josè Maria Manzanares.

17 h 30 : Corrida avec les toros de Daniel Ruiz pour Juan Bautista, Alejandro Talavante (unique corrida de la saison en France) et Daniel Luque.

mardi 13 mai 2014

Les Cartels de la Féria de Potecôte 2014!


Mercredi 4 juin
Course Camarguaise à 18h
(comptant pour le Championnat de France des As)
Taureaux : Quasimodo et Méthode de Blatière, Escamillo de Raynaud, Mignon et Horatio de Cuillé, Monro de Bon, Mesrine de Vinuesa.
Razeteurs : Aliaga, Rassir, Poujol, Favier, Martin, Allouani, Katif, Faure, Bruschet, Belgourari.


Jeudi 5 juin
Corrida à 18h : Thomas Dufau, Joselito Adame, David Mora
Toros de Alcurrucen


Vendredi 6 juin
Novillada de la CAPE D'OR à 11h30 : Alvaro Lorenzo, Clemente, Juan Varea
Novillos à désigner

Corrida à 18h : El Cid, Miguel Angel Perera, Daniel Luque
Toros de Victoriano Del Rio


Samedi 7 juin

Corrida mixte à 11h30 : Lea Vicens, Juan Bautista
Toros de Zalduendo

Corrida à 18h : El Juli (photo ci-contre), Sebastien Castella,
Roman (qui prendra son alternative)
Toros de Garcigrande

Dimanche 8 juin

Corrida à 11h30 : Enrique Ponce, Finito de Cordoba,
Jose Maria Manzanares
Toros de Juan Pedro Domecq

Corrida à 18h : Juan Jose Padilla, Ivan Fandino, Juan Del Alamo (qui confirmera son alternative)
Toros de Fuente Ymbro


Lundi 9 juin

Corrida Equestre à 11h30 : Andy Cartagena, Diego Ventura,
Leonardo Hernandez
Toros de Capea

Corrida à 17h30 : El Juli, Rafaelillo, Manuel Escribano (qui confirmera son alternative)
Toros de Miura

dimanche 8 septembre 2013

Notre programme - Féria Des Vendanges 2013

COMMUNIQUE - Féria Des Vendanges 2013




Les Jeunes Aficionados Nîmois hyperactivité assurée pour la Féria! A un peu moins d’une semaine de la Féria des Vendanges, les Jeunes Aficionados Nîmois ont dévoilé leur programme officiel! En 4 jours de Féria, ce n’est pas moins de 5 manifestations qui seront organisées par le jeune et dynamique club taurin nîmois autour de sa Bodega Andalouse incontournable en Féria par son cachet et son ambiance, La Macarena (12 RUE DELON SOUBEYRAN). Les Jeunes Aficionados Nîmois forts d’une cinquantaine de membres cette année veulent démontrer « que l’Aficion à Nîmes ne peut se transmettre sans une génération de jeunes qui s’engagent corps et âmes pour défendre et diffuser les valeurs tauromachiques dans la ville. Notre programme va dans ce sens, de la diversité, de la convivialité et de la pédagogie» d’après leur président, Corentin Carpentier.

Au programme donc :

Jeudi 12 Septembre: En ouverture de la Féria et en soirée, c’est Léa Vicens en personne qui devrait venir saluer les deux clubs taurins jeunes de Nîmes réunis pour l’occasion, les Chicuelitos et les Jeunes Aficionados Nîmois.

Vendredi 13 Septembre: La Corrida du soir sera diffusée en direct à la Bodega la Macarena avec commentaires et tertulia durant la course. Il en sera suivi une soirée vernissage de la Galerie Taurine « Toril d’Artistes » et de son propriétaire Julien Servy.

Samedi 14 Septembre: Les Jeunes Aficionados Nîmois diffuseront 5 000 flyers explicatifs de la Corrida à destination des plus jeunes et du public non connaisseur. Cela se passera à l’entrée des Arènes de Nîmes et à l’occasion du Mano a Mano El Juli – Manzanares, une initiative jusqu’ici jamais réalisée aux portes de l’amphithéâtre romain ! Le soir, c’est la grande soirée PAMPLONA à la Macarena, plus de 200 bandanas offert par les clubs taurins Ricard seront distribués aux festaïres au rythme des encierros de Pampelune diffusées sur écran géant toute la nuit !

Dimanche 15 Septembre: Les Jeunes Aficionados Nîmois clôtureront comme à leur habitude la Féria par leur remise des prix de cette Féria autour des clubs de la Coordination des Clubs Taurins de Nîmes et du Gard !

mardi 20 août 2013

Hommage à Vidente, n°33, de Cuadri.

Dax, jeudi 15 août 2013, corrida de Cuadri par Benjamin Cluchier


J’ai souvent entendu dire que par le passé la corrida était différente. J’ai souvent lu qu’importait le tiers de piques, et non la lidia. J’ai souvent cru, et à tort, que le public venait avant tout vivre un combat, et qu’importent les dispositions du taureau, il n’en retiendrait que les émotions transparues.


J’ai vécu quelques faenas dans ma vie d’aficionado, et je crois que c’est la première fois qu’un tiers de piques me procure de telles sensations. Il importe guère qu’il fût imparfait. Tito Sendoval, controversé pour sa manière d’accueillir la charge du toro, a donné à son partenaire une réplique fantastique. Deux fois la monture s’écroulera sous la puissance du toro. Quel toro. Six cent vingt-deux kilos, une carrure impressionnante et des mouvements d’une rare violence. On peut lui reprocher tout ce qu’on voudra, son absence de noblesse, de bravoure, de vaillance. On peut lui reprocher l’abus de force, on peut lui en vouloir d’avoir laisser espérer la faena de la décennie. Mais qu’importe, il n’a pas failli devant le cheval.

Il est entré fièrement fouler le sable de la piste de Dax, sans consigne, et il s’est battu. Il s’est battu sans faiblir.


Mais les codes de la corrida moderne ont évolué. On ne veut plus de toros compliqués. On ne veut plus de toros intoréables. On veut des toros nobles, encastés. On leur préfère les « sosos », parce qu’ils accompagnent bêtement la muleta du Maestro et lui procure une gloire facile. On les adule, eux, ces hommes. Et qu’importe le toro qu’ils affrontent, c’est leur talent que l’on vient voir.


Je n’aime pas cette corrida nouvelle. Je n’aime pas les toros parfaits. J’aime ceux qui posent des problèmes. Ceux à qui il est impossible d’imposer une faena préconstituée. Ceux encore qui demandent une réflexion instantanée pour leur distiller quelques passes. Ceux enfin qui transmettent cette indescriptible émotion.


Ce Cuadri-là était trop anticonformiste. Mythe d’une époque révolue, il n’était pas aujourd'hui le bienvenu. Et c’est sous les sifflets ignorants qu’il s’en est allé. Voilà pourquoi je ne pouvais laisser passer sous silence cette triste comédie à laquelle le public dacquois s’est donné.

Benjamin Cluchier